vendredi 16 février 2018

En Alsace : Promenade le long du canal de Colmar


Le Canal de Colmar est un embranchement du Canal du Rhone au Rhin : il est aujourd'hui dédié à la plaisance.

La Canal de la Marne au Rhin
Le Canal du Rhone au Rhin
Le Canal de Colmar et l'Ill

Le canal de Colmar à Horbourg-Wihr
Il relie sur 23 km Colmar et la Petite Venise à Breisach en Allemagne.

C'est un magnifique trait d'union champêtre et forestier entre l'Ill et le Rhin.

Le canal de Colmar à Kunheim

Le Port de Colmar cessa ses activités commerciales à la fin des années 1980 et est devenu un port de plaisance.

Le Port de plaisance de Colmar

En quittant le port, on traverse l'Ill avant d'atteindre l'écluse de Horbourg Wihr : le canal coupe ainsi un cours d'eau!


Le canal coupe ensuite de façon rectiligne le patchwork des prés et des champs jusqu'à Holtzwihr.

Il passe ensuite en lisière de Bischwihr, de Muntzenheim, traverse la forêt de Durrenentzen et d' Artzenheim pour rejoindre à angle droit l'ancien canal du Rhone au Rhin.

Le canal de Colmar à Bischwihr



Sur les bords du canal, la végétation est luxuriante et lui donne un aspect de rivière.

Se promener le long de ce canal, à pied ou en vélo (une belle piste cyclable longe la voie d'eau) est un vrai plaisir, par tous les temps : lorsque le ciel est chargé, les reflets des arbres et des nuages dans l'eau sont un enchantement.


Pour la petite histoire, ce canal de Colmar est né d'une frustration!

Il a en effet été construit sous la pression d'industriels qui se sentaient lésés par la déviation du tracé initial du canal du Rhone au Rhin au profit de la Citadelle de Neuf-Brisach (Voir ici).

La Citadelle de Neuf-Brisach construite par Vauban
sur ordre de Louis XIV en 1699
inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco


Alors que les travaux de ce canal sont déjà engagés, le Conseil Municipal de Colmar décide en 1841 de créer un embranchement de Colmar à Neuf-Brisach.

L'enjeu est économique : les usines de Colmar, de la Vallée de Munster, de Guebwiller, Kaysersberg, Ribeauvillé et Sainte-Marie-aux-Mines ont besoin du charbon extrait à Sarrebruck, et qui transite par le canal du Rhone au Rhin.

Ce nouveau canal devait permettre, en outre, d'irriguer 1000 ha de terres agricoles.

Ce canal fut inauguré le 13 octobre 1864.

Durant le rude hiver 1955 il gèle pendant un mois, la couche de glace sur le canal atteint 80 cm...et bloque de ce fait le trafic des péniches : c'est le début du déclin...

La mise en service du canal d'Alsace donne le coup de grâce à la navigation marchande sur le vieux canal, qui est déclassé en 1966: les plaisanciers ont remplacé la houille!

Plaisanciers sur le canal de Colmar
En tout cas, la promenade, à pied ou en vélo, le long de ce canal est des plus bucoliques ; on y rencontre cygnes, canards,  et foulques ainsi que de nombreux pêcheurs qui taquinent le goujon.

Cygnes à Kunheim

On peut également suivre le Sentier de la Foulque à Bischwihr, qui présente les caractéristiques de la rivière phréatique Blind et des paysages du Ried.

Foulque
Si vos jambes vous le permettent, vous pouvez emprunter à partir d'Artzenheim le Véloroute Rhin (EuroVélo 15) jusqu'à Andermatt, en Suisse, ou Rotterdam, aux Pays-Bas!


Itinéraire de l'Eurovélo 15
d'Andermatt à Rotterdam
en passant par Colmar

vendredi 9 février 2018

Jazz : Dave Douglas Quintet à La Filature, à Mulhouse



C'était il y a deux jours, Mercredi 7 février à La Filature, à Mulhouse, une belle soirée jazz avec Dave Douglas (ici) et son Quintet!

Le trompettiste américain de renommée mondiale Dave Douglas est l'un des artistes de jazz les plus prolifiques et les plus influents. Voir ici.

Il puise son inspiration dans la littérature, la politique, la musique, le cinéma et les nouvelles traditions musicales.

Il mélange savamment les genres, en puisant dans le klezmer, la musique classique, électronique ou encore dans l'esprit des big bands: son jazz est riche et intense.

Dave Douglas
Dave Douglas Quintet

Les doigts ailés de Dave Douglas courent sur son instrument à la recherche du son parfait.
Il garde les yeux fermés : sa concentration est totale.

C'est lui qui donne le tempo d'un concert où sont réunis des musiciens d'exception: Jon Irabagon au saxophone ténor, Matt Mitchell au piano, Linda Oh à la contrebasse, et Rudy Royston à la batterie.

Ensemble ils proposent une musique feutrée, sophistiquée et bouillonnante de créativité.

Il entraine ses camarades sur la route d'improvisations dont il a le secret.
Il indique le cap d'un récital chaleureux qui puise sa force et son ampleur à même les épreuves de la vie.


En effet, après avoir perdu sa mère, Dave Douglas a été confronté à la mort de son frère ainé: ces disparitions douloureuses, il les a sublimées dans son art.

Ses interprétations sont frémissantes, entre mélancolie et méditation et partent à la recherche du bonheur dans l'allégresse des notes, face aux épreuves de la vie qu'elles soient personnelles ou communes à notre humanité.

Ecouter ici et .



vendredi 2 février 2018

Dans le Liliental, en Forêt Noire : un arboretum et des sequoias : un havre de paix


Le Liliental (Vallée des lys) est situé au sud du magnifique Massif du Kaiserstuhl, en Forêt Noire (Bade-Wurtemberg), peu après le bourg d'Ihringen, soit à une trentaine de km à l'est de Colmar, en Alsace.
La route d'accès au Liliental, après avoir franchi le Rhin et traversé Breisach im Breisgau, se trouve entre Ihringen et Wasenweiler : l'embranchement est clairement balisé, près de la Chapelle St Guy de Wasenweiler.
A partir de cet embranchement, 3 km de route nous mènent au parking et à l'auberge Lilienhof.

Ce site idyllique est ouvert toute l'année, en accès libre.

Il est possible de faire le tour du Kaiserstuhl à vélo, et au passage, de faire une halte au Liliental : voir ici ma note à ce sujet.

Massif du Kaiserstuhl, à l'est du Rhin (en bleu)
A la fin du XIX° siècle, la zone du Liliental était une vaste propriété achetée en 1870 par le Comte August von Bismarck, neveu du Chancelier.

En 1897 un château y fut construit, le Lilienhof, malheureusement détruit depuis.

Le Land du Bade-Wurtemberg a ensuite acheté ce domaine agricole par morceaux entre 1957 et 1962 afin de le transformer en un site expérimental forestier et un site de cultures végétales de 255 ha.

Le Kaiserstuhl est la région la plus chaude d'Allemagne, ce qui explique la présence de nombreuses espèces végétales et animales aimant la chaleur. 

Ce massif est couvert de vignes produisant en particulier le fameux Spätburgunder si caractéristique.


Le Liliental abrite un arboretum, collection impressionnante d'arbres rares provenant du monde entier, et tout spécialement d'Asie et d'Amérique.
Des essences endémiques en voie de disparition y ont été introduites par les forestiers, en particulier des alisiers.


Ce qui est absolument remarquable c'est la plantation de séquoias (Sequoiadendron giganteum ou Mammutbaum en allemand) originaires de Californie, où ils poussent sur les pentes de la Sierra Nevada, vivent jusqu'à 4000 ans et peuvent atteindre 80 à 100m.


J'ai d'ailleurs eu l'occasion d'aller plusieurs fois les admirer dans le Sequoia National Park (ici), où nous retournerons en mai 2018.

Ces séquoias du Liliental ont étés semés en 1956 au Stuttgart Fasanengarten (jardin des faisans), les graines provenant directement de Californie.


Séquoia

Quatre ans plus tard ils ont étés plantés au Liliental sur une superficie de 1,2 ha où ils se sont magnifiquement adaptés et développés : déjà en 1992 ils mesuraient en moyenne 22 m de haut.

Par ailleurs, le Kaiserstuhl est l'un des lieux qui abrite, de par son climat, la plus grande diversité d'orchidées en Europe : pas moins de 30 espèces recensées.

Orchidées du Liliental

Dès  l'arrivée dans le Liliental, le visiteur peut s'attarder à la Gasthaus Lilienhof "Zur Lilie", au coeur de l'ancien domaine agricole : ici.

La Gasthaus Lilienhof

Le bâtiment abrite au rez-de-chaussée un restaurant fort agréable et à l'étage, les salles de l'administration forestière.

Dans cette magnifique zone de loisirs, les familles peuvent profiter d'une belle aire de jeux, et les promeneurs apprécient les petits étangs ainsi que de nombreux et fort beaux sentiers de difficultés variées dont un menant au Totenkopf, le sommet du Kaiserstuhl : voir ma note ici.





Certains sentiers nous permettent d'apercevoir les couches de loess si caractéristiques du Kaiserstuhl voir ici.

Couches de Loess
Les amateurs de marche nordique y trouvent des sentiers balisés.

Le Liliental est un lieu superbe de promenades par tous les temps, un havre de paix, de sérénité et de contemplation d'une nature à la fois entretenue et sauvage, comme savent si bien le faire nos amis allemands.







mardi 30 janvier 2018

Opéra : Tosca en direct du Met : magnifico !


Ce samedi 27 janvier, nous avons assisté, en direct du Met, à une magnifique interprétation de Tosca de Puccini, dans une salle comble (et comblée) au Colisée de Colmar.


Une très belle représentation, in fine, malgré les difficultés imprévues qui ont jalonné la préparation de ce spectacle, dans une mise en scène de Sir David McVicar, précise et classique, la direction musicale étant assurée avec fougue et brio par Emmanuel Villaume.

L'action se déroule au milieu de magnifiques décors reconstitués avec un très grand soin par John MacFarlane : l'Eglise Sant'Andrea della Valle, les locaux du chef de la police, le Castel Sant'Angelo.




Quant aux interprètes : Zeljko Lucic, baryton, dans le rôle de Scarpia crève l'écran tant  son jeu, vécu de l'intérieur, est magistral, pour tout dire ; la meilleure interprétation de ce rôle dans les nombreuses "Tosca" qu'il m'ait été donné de voir.

Zeljko Lucic (Scarpia) et Sonya Yoncheva (Tosca)


Nous avions déjà apprécié son interprétation de Rigoletto en février 2013 , toujours au Met, bien que dans une mise en scène pour le moins surprenante.

Très belle et sensible interprétation de Tosca par Sonya Yoncheva, soprano.

Vittorio Grigolo (Cavaradossi) et Sonya Yoncheva
Voir ici "Mia gelosa", le duo Tosca/Cavaradossi dans l'Acte I.

Nous avons également fort apprécié Vittorio Grigolo, ténor, dans le rôle de Cavaradossi...



... mais avons cependant trouvé qu'à certains moments, se laissant emporter par sa fougue, il surjouait, aux dépends d'une interprétation plus sensible et vécue qui aurait été nécessaire, en particulier dans la scène finale : ici "E lucevan le stelle" dans l'Acte III.

Une très belle soirée!

Je ne résiste pas à réécouter de temps à autre le plus bel enregistrement que je connaisse de Tosca (en live à Mexico) datant de 1952 avec La Callas, Giuseppe Di Stefano et Piero Campolonghi. 

Je me souviens avoir écouté, il y a pas mal d'années, ce CD en voiture, me promenant lentement dans les collines de Toscane...et en particulier Di Stefano chantant "E lucevan le stelle" alors que le soleil se couchait et embrasait l'horizon dans un incendie bouleversant.

Fait unique, le public en délire a demandé un bis de cet air au cours même de la représentation : écouter ici cet enregistrement magistral!


Voir ici la belle note de JCMemo sur cette soirée!




vendredi 19 janvier 2018

Paul Klee, La dimension abstraite, à la Fondation Beyeler


La Fondation Beyeler, à Bâle, consacre en ce moment une exposition (Jusqu'au 21 janvier 2018)  à Paul Klee - l'un de mes artistes préférés : ici.

Fondation Beyeler
à Bâle
Cette magnifique exposition se consacre à un aspect encore presque inexploré de la création de Paul Klee : l'abstraction.

Paul Klee
Paul Klee (1879-1940)  peintre allemand, né et mort en Suisse, est l'un des artistes majeurs de la première moitié du XX° siècle, et l'un des plus originaux, des plus influents, et des plus productifs (pas moins de 10000 oeuvres) de l'art moderne européen. Voir ici.

Des thèmes récurrents comme la nature, l'architecture, la musique (Klee était musicien) et les signes graphiques présentent une importance centrale dans les oeuvres non figuratives de Klee.


Son oeuvre, définie comme "énigmatique" a posé bien des questions aux critiques d'art car elle suit un cheminement hors du commun : expressionniste, surréaliste, Bauhaus, abstraction.





Puis elle devient graduellement plus intuitive, plus spirituelle :

"Klee est en Occident un de ces privilégiés qui ont su donner au monde de l'art la nouvelle orientation spirituelle qui manque aujourd'hui, où les religions semblent faire faillite. On pourrait voir en lui le parfait représentant de ce que Mircea Eliade appelle l'unique création du monde moderne occidental" Antoni Tàpies.




L'exposition de la Fondation Beyeler explore donc pour la première fois la relation de Paul Klee avec cette conquête centrale de la peinture moderne qu'est l'abstraction et, grâce à 110 oeuvres en provenance de douze pays,  parcourt les étapes décisives de l'évolution artistique de l'artiste.




Dans la première moitié du XX° siècle, Klee se confronta, comme d'autres artistes de l'époque,  au défi de l'abandon de la figuration et du développement d'univers abstraits, mais il le fit d'une façon originale et très personnelle.



Paul Klee a exploré à cette occasion les principales ressources dont dispose le peintre : l'espace pictural, le plan, la surface, la couleur, et en particulier le matériau.

Ses idées extrêmement novatrices seront reprises par nombre d'artistes des générations suivantes.





A noter que c'est à Berne que l'architecte Renzo Piano a édifié le Zentrum Paul Klee, ouvert en 2005 près du cimetière où l'artiste repose.
On y trouve près de la moitié des oeuvres du peintre, depuis ses dessins, jusqu'à ses marionnettes.

Au Zentrum Paul Klee se déroule en ce moment une une exposition temporaire "Klee durant la guerre" (Jusqu'au 3 juin 2018).

Le Zentrum Paul Klee
à Berne